Tel

06.67.93.08.61

@-Email

alexis.magnetiseur.pro@gmail.com

Horaires d'ouverture

Lun - Sam : 10h - 19h

L’anxiété, troubles et réaction cérébrale complexes

L’anxiété est un phénomène physiologique naturel : en réponse à un danger ou consécutif à un stress. Le fonctionnement de notre organisme se modifie, avec le plus souvent une accélération du rythme cardiaque. Donc, des troubles du sommeil, une augmentation de la transpiration apparaissent. Et, parfois, des difficultés à respirer ou une mise en retrait. En temps normal, ces modifications disparaissent rapidement. Lorsqu’elles deviennent trop intenses ou envahissantes, au point de perturber le quotidien, on parle de trouble anxieux.

Les six types de l’anxiété

Il existe en réalité plusieurs types de troubles anxieux. L’anxiété généralisée, le trouble panique, les phobies spécifiques, l’agoraphobie, le trouble d’anxiété sociale et le trouble d’anxiété de séparation. Leurs symptômes, très variables d’une personne à l’autre, sont de nature :

  • psychologiques : irritabilité, impulsivité, peur irrationnelle, difficulté à se concentrer. Mais aussi, baisse des performances intellectuelles, incapacité à faire des projets, vision négative de l’avenir…
  • physiques : troubles digestifs, douleurs, insomnies, fatigue, maux de tête, vertiges…

Ces troubles entraînent progressivement des comportements d’évitement du danger potentiel. Le refus de se rendre dans certains lieux, d’effectuer certaines actions, de rencontrer les autres…

L’anxiété généralisée

Le trouble anxieux généralisé se caractérise par un sentiment persistant d’insécurité. Une inquiétude permanente et excessive qui interfère avec les activités quotidiennes. Elle peut être accompagnée de symptômes physiques, tels qu’une agitation, de la nervosité, de la fatigue. Ou encore, des difficultés de concentration, des tensions musculaires ou des troubles du sommeil. Souvent, cette inquiétude est alimentée par des événements du quotidien tels que les responsabilités professionnelles, la santé de la famille.

Le trouble panique

Il s’agit d’une anxiété qui évolue par crises. Elle se caractérisé par des attaques de panique récurrentes qui associent détresse physique et psychologique. Ces attaques consistent en la survenue brutale d’une peur intense. Un sentiment de mort ou de catastrophe imminente et de perte de contrôle de soi. Elles durent généralement une trentaine de minutes.

Lors d’une crise, plusieurs symptômes apparaissent. Des palpitations, une accélération du rythme cardiaque, une transpiration, des tremblements, une sensation d’essoufflement ou d’étouffement. Une douleur thoracique, un étourdissement ou une faiblesse, des frissons. Des bouffées de chaleur, des nausées ou des douleurs abdominales. Ces symptômes sont parfois si importants qu’ils peuvent évoquer une crise cardiaque et entraîner une consultation aux urgences.

Des attaques de panique peuvent être prévisibles et survenir en réponse à un événement redouté. Elles peuvent aussi se déclencher de manière inattendue, sans raison apparente.

Les phobies spécifiques

Elles correspondent à des peurs irraisonnées, excessives et persistantes face à des situations ou des objets précis. Ainsi, les araignées, l’obscurité, le fait d’être dans un ascenseur peuvent déclencher des crises. Souvent, ces peurs provoquent une grande détresse qui entraîne elle-même des conduites d’évitement.

Si les phobies sont très fréquentes en population générale, elles ont généralement peu de conséquences sur la vie quotidienne. Elles deviennent pathologiques quand leur intensité et leur retentissement sont trop importants, et que les personnes concernées n’arrivent pas à les surmonter.

L’agoraphobie

L’agoraphobie est la peur irraisonnée et intense des espaces publics dans lesquelles la fuite peut être difficile. Elle se manifeste dans des espaces ouverts ou au sein d’une foule (transports publics, lieux clos, file d’attente…). Les personnes atteintes évitent activement ces situations. Lorsque c’est impossible, elles ont besoin d’une personne qui les accompagne et/ou endurent une anxiété intense, disproportionnée par rapport à la situation réelle.

Non traitée, l’agoraphobie interfère de manière significative avec les activités quotidiennes normales. Elle peut s’aggraver au point que les personnes qui en souffrent deviennent incapables de quitter leur domicile.

Le trouble d’anxiété sociale

L’anxiété sociale est liée à l’idée de ressentir une gêne, une humiliation, un rejet ou un mépris lors des interactions sociales. Elle se manifeste par la peur extrême de parler ou manger en public, de rencontrer des nouvelles personnes… Ainsi que par le fait de ressentir une grande angoisse, de rougir et d’avoir des tremblements lorsque ces situations ne peuvent être évitées. Les problèmes occasionnés sont quotidiens.

Le trouble d’anxiété de séparation

Les adultes et les enfants qui souffrent d’anxiété de séparation ont peur d’être séparé de la personne dont ils sont le plus proches. Ils craignent constamment de la perdre, sont réticents à s’en éloigner, refusent de sortir ou de dormir loin de chez eux ou sans cette personne, font des cauchemars à ce sujet. Ce trouble est associé à des symptômes physiques de détresse qui se développent souvent dans l’enfance, mais peuvent persister à l’âge adulte.

RÉGULATION DE L’ACTIVITÉ CHIMIQUE DU CERVEAU

Les recherches ont montré l’existence d’un lien entre l’anxiété et la régulation inadéquate de divers neurotransmetteurs (  messagers chimiques qui transmettent les signaux entre les cellules du cerveau). Trois principaux neurotransmetteurs ont une incidence sur l’anxiété : la sérotonine, la noradrénaline et l’acide gamma-aminobutyrique (gaba).

Sérotonine :

La sérotonine contribue à la régulation de l’humeur, de l’agressivité, des impulsions, du sommeil, de l’appétit, de la température corporelle et de la douleur. Divers médicaments administrés pour traiter les troubles anxieux accroissent la quantité de sérotonine disponible pour la transmission des signaux.

Noradrénaline :

La noradrénaline joue un rôle dans la réaction de lutte ou de fuite et dans la régulation du sommeil, de l’humeur et de la tension artérielle. Un stress intense stimule la production de noradrénaline. Il semble qu’il y ait, chez les personnes qui présentent des troubles anxieux, et en particulier chez celles qui sont aux prises avec un trouble panique, un dérèglement du système contrôlant la production de noradrénaline. Certains médicaments aident à stabiliser la quantité de noradrénaline disponible pour la transmission des signaux.

GABA :

Le GABA favorise la relaxation et le sommeil et contribue à prévenir la surexcitation. Les médicaments appelés benzodiazépines accroissent l’activité du GABA, ce qui a un effet calmant.

MODIFICATIONS DE L’ACTIVITÉ CÉRÉBRALE

Grâce aux techniques modernes d’imagerie cérébrale, les chercheurs ont pu étudier l’activité de zones précises du cerveau de personnes atteintes de troubles anxieux. Ils ont notamment constaté ce qui suit : · Il existe des anomalies du métabolisme et du débit sanguin du cerveau ainsi que des anomalies structurelles (p. ex., atrophie) dans les lobes frontal, occipital et temporal. · La concentration de sérotonine, de noradrénaline et de GABA dans le système limbique, qui contrôle la mémoire et les réactions à l’anxiété et à la peur, est vraisemblablement responsable de l’anxiété que certaines personnes éprouvent au sujet de l’avenir. · L’activité du locus cœruleus (siège des neurones à noradrénaline) et du noyau du raphé médian (très riche en neurones à sérotonine) semble liée à l’apparition d’attaques de panique.

L’activité du système noradrénergique (système nerveux central et périphérique) provoque des symptômes physiques d’anxiété, notamment rougissement du visage, transpiration anormale et palpitations cardiaques, qui peuvent être alarmants pour la personne ; on a d’ailleurs relevé un lien entre ce système et l’apparition de flashbacks chez les personnes aux prises avec le trouble de stress post-traumatique.

Gestion de l’anxiété

L’accompagnement par la sophrologiele Reiki,  ou encore par les fleurs de Bach, peuvent apporter une amélioration significative dans la gestion de ces événements. En complément et parallèlement à la médecine traditionnelle et l’aide psychologique ces techniques que je vous propose diminuent considérablement tous les effets du stress et vous aide au quotidien. Retrouvez également dans notre boutique la pierre d’améthyste très efficace pour détendre l’esprit et le corps.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.